L’Hexagone domine clairement le secteur des produits de luxe. Les grandes maisons françaises ont su prendre le virage du numérique et le modèle de production est passé de l’artisanal à l’industriel sans pour autant perdre en qualité. Le luxe qui autrefois était réservé à une clientèle exclusive s’est démocratisé et est parvenu à conquérir de nouveaux marchés.

Les grandes marques françaises s’exportent désormais partout dans le monde. Aujourd’hui, l’engouement pour ces grandes marques provient principalement de l’Asie et des millenials. S’offrir l’excellence n’est plus réservé aux plus riches et les ventes en ligne permettent à une plus large clientèle d’accéder à ces produits. Les grands acteurs de l’industrie du luxe se sont renforcés au fil des années notamment en misant sur des fusions-acquisitions ou encore en s’ancrant dans le digital grâce à une omniprésence sur le web à travers les réseaux sociaux.

Alors que la saison des résultats annuels se poursuit, plusieurs mastodontes du luxe français ont déjà publié leurs résultats. Le présent article se penche notamment sur les excellents résultats affichés par LVMH et Kering. Les résultats d’Hermès sont également passés au crible. 

Les résultats LVMH

Le 27 janvier 2022, LVMH publiait des superbes résultats. D’après le groupe, LVMH a réalisé des ventes de 64,2 milliards d’euros en 2021, soit une hausse de 44 % par rapport à 2020. Les résultats sont dopés par une croissance organique des ventes de +36 %. L’activité Mode et Maroquinerie enregistre une croissance de 47 %, portée par une forte hausse sur le marché américain et asiatique. Dior, Fendi, Celine, Loewe ou encore Vuitton, les ventes et la rentabilité atteignent des niveaux records. Le résultat opérationnel courant a doublé en 2021 par rapport à 2020 et atteint les 17,15 milliards d’euros.

Le résultat net du Groupe passe de 4,7 milliards d’euros en 2020 à 12,03 milliards d’euros en 2021 et réalise donc un bond de 156 % en un an. Son PDG, Bernard Arnault a salué cette « performance remarquable dans un contexte de sortie progressive de crise sanitaire » avant d’ajouter que le groupe abordait l’année « avec confiance » et qu’il se trouvait « en excellente position pour renforcer encore son avance sur le marché mondial du luxe ». Le milliardaire a d’ores et déjà annoncé la proposition d’un dividende de 10 euros par action lors de l’Assemblée générale au mois d’avril prochain.

Après l’annonce des résultats, l’action LVMH a fait un bond spectaculaire (+3,23 %) mais, depuis lors, le titre boursier a été impacté par les tensions géopolitiques et le durcissement pressenti de la politique monétaire de la Banque centrale européenne. Le graphique journalier du titre montre une figure tête-épaules, qui annonce généralement un renversement de tendance. Le croisement de la ligne de cou (cf. notre ligne horizontale) tend à confirmer la validité de cette figure et fait augurer un déclin sur ce marché. Le cours pourrait retester les plus bas atteints en octobre 2021, autour des 450 euros.

Les résultats Kering

Kering, qui détient entre autres les marques Yves Saint Laurent et Gucci, a réalisé d’excellentes performances en 2021. Son PDG, François-Henri Pinault a souligné que l’ensemble de leurs Maisons avaient renoué avec une croissance des ventes, supérieures à celles de 2019.

« Nos Maisons sont plus fortes que jamais et nous sommes confiants dans la poursuite de cette dynamique en 2022 et au-delà. »

Le groupe a réalisé un chiffre d’affaires record à 17,64 milliards d’euros, en hausse de 35 % par rapport à 2020. Le résultat opérationnel courant pulvérise également les records, en hausse de 60 % à 5 milliards d’euros. L’EBITDA atteint les 6,47 milliards d’euros (+41,5 %). Enfin, le résultat net part du Groupe progresse de 47,7 % jusqu’à 3,17 milliards d’euros et le résultat net part du Groupe récurrent explose de 70 % à 3,36 milliards de dollars.

Yves Saint Laurent a enregistré un chiffre d’affaires de 2,52 milliards d’euros (+45 % en données publiées) et Gucci a réalisé un chiffre d’affaires de 9,73 milliards d’euros (+31 % en données publiées) pour ne citer que ces deux maisons célèbres appartenant au géant du luxe français. Au cours du quatrième trimestre de 2021, le chiffre d’affaires d’YSL poursuivait son accélération (+47 % par rapport au T4 de 2020) et les ventes sont en hausse de 61 %. Même scénario pour la Maison  Gucci, avec un chiffre d’affaires qui a bondi de 32 % par rapport au T4 de 2020) et une hausse de 35 % au niveau des ventes. Le Conseil d’administration de Kering proposera un dividende de 12 euros par action lors de l’Assemblée générale qui se tiendra en avril 2022. Kering entend profiter de son positionnement pour bénéficier pleinement du rebond du marché du luxe. 

L’action Kering

En réaction à ces résultats, l’action Kering a fait un bond spectaculaire de +4,95 %. Le cours évolue à l’intérieur d’un range compris entre la zone des 600 euros et celle des 740 euros. S’il franchissait sa ligne de support, il pourrait retester sa précédente ligne de support aux alentours des 500 euros. Si, en revanche, il franchissait sa ligne de résistance, il pourrait approcher de son record de 788,90 euros.

Les résultats Hermès

Hermès a publié ses résultats le vendredi 18 février dernier. Le chiffre d’affaires s’élève à 8,982 milliards d’euros, soit une hausse de 42 %. Le résultat opérationnel courant progresse de 78 % pour s’établir à 3,53 milliards d’euros. Le résultat net part du groupe est également en hausse à 2,44 milliards d’euros (+77 %). Son gérant, Axel Dumas, a tenu à saluer le travail de ses équipes et parle d’une « année 2021 exceptionnelle ». Tous les métiers ont réalisé une belle progression sur l’ensemble de 2021. Chez Hermès aussi, les plus fortes croissances sont enregistrées aux USA et en Asie. Les ventes sont en hausse de 44 % par rapport à 2020. Les ventes de la Maroquinerie-Sellerie ont bondi de 29 % et sont elles aussi qualifiées d’exceptionnelles.

Dans son communiqué, le groupe indique qu’après la forte accélération durant les trois premiers trimestres de l’année, les ventes du 4e trimestre ont reculé de 5,4 % et ce, en raison des « contraintes capacitaires ». La demande pour les nouveaux sacs et pour les classiques est toujours très soutenue mais Hermès n’est pas en mesure d’y répondre. Un dividende de 8 euros sera proposé lors de l’Assemblée générale en avril prochain. Même s’il est encore difficile d’évaluer les impacts de la crise sanitaire pour 2022, le groupe dit aborder l’avenir avec confiance en s’appuyant sur son modèle artisanal, son réseau de distribution équilibré, ses collections et la fidélité de sa clientèle. 

L’action Hermès

En réaction à ces résultats, l’action Hermès a chuté de 4,14 %. Le graphique journalier du titre montre une tendance baissière. La ligne de tendance qui servait de support à l’action depuis mars 2020 a été franchie en janvier dernier et, depuis, le cours ne cesse de baisser. Il pourrait continuer à chuter jusqu’au niveau de retracement Fibonacci 0,5 (1107 euros).

La concurrence dans le luxe est rude. Il n’est donc pas étonnant que le marché sanctionne le ralentissement enregistré au quatrième trimestre.

Vous souhaitez investir dans le luxe made in France ?

Envie d’investir dans le luxe made in France ? LYNX vous permet d’investir dans la quasi-totalité des actions cotées en bourse dans le monde entier, y compris l’action LVMH (MC), l’action Kering (KER) ou encore l’action Hermès (RMS). Vous accédez à une centaine de bourses dans plus de 30 pays. Consultez notre offre : 

--- ---

--- (---%)
Mkt Cap
Vol
Plus haut du jour
Plus bas du jour
---
---
---
---

Displaying the --- graphique

Afficher le graphique du jour