Bourse : comment se protéger en cas d’inflation durable ?

Par Thomas Giraud

Dans cet article

Riot Blockchain
ISIN: US7672921050
|
Ticker: RIOT --- %

---
USD
---% (1 J)
1 S ---
1 M ---
1 A ---
Suivre l'action Riot Blockchain Action

Lors de sa prise de parole devant le Sénat américain, le 30 novembre dernier, Jerome Powell a estimé que l’inflation resterait sans doute forte jusqu’à la mi-2022. Ce faisant, il a surpris les marchés financiers. Pendant des mois, le président de la Réserve fédérale s’est évertué à rassurer les investisseurs en maintenant que la forte hausse des prix actuelle n’était que « transitoire ». En Europe, les institutions de l’Union reprenaient à leur compte ce discours. Le 19 novembre, Christine Lagarde, la présidente de la Banque centrale européenne (BCE), a déclaré à Francfort qu’elle s’attendait à ce que « la pression inflationniste se dissipe » dans la zone euro. Quelles projections peut-on donc faire au sujet de l’inflation ? Et comment protéger son portefeuille en bourse en cas d’inflation durable ?

Inflation bourse

Inflation temporaire ou durable ?

Selon le Bureau of Labor Statistics (BLS), l’indice des prix à la consommation (CPI) a augmenté de 0,9 % en octobre (contre 0,4 % en septembre) aux États-Unis. Cela représente une progression de 6,2 % sur un an, un rythme inédit depuis 1990. Dans la zone euro, l’indice CPI a, en novembre, gagné 4,9 % par rapport à son niveau d’il y a un an. En octobre, il affichait une progression de 4,1 % sur un an, ce qui représentait déjà un rythme d’augmentation jamais enregistré depuis 13 ans. Des deux côtés de l’Atlantique, la hausse des prix se situe bien au-dessus des objectifs que visent les autorités. La BCE, comme la Réserve fédérale, se donnent pour objectif une inflation contenue au-dessous des 2 %.

Les causes

Quelles sont les causes qui expliquent ces niveaux records ? Le rapport du BLS montre que, au sein de l’indice CPI, la composante énergétique est celle qui a le plus progressé (+30 %). L’essence (+49,6 %) et le fioul (+59,1 %) ont largement contribué à cette progression, ainsi que les services énergétiques à un degré moindre (+11,2 %). Les secteurs des voitures neuves (+9,8 %) et des voitures d’occasion (+26,4 %) ont eux aussi connu une forte inflation. Enfin, l’alimentation (+5,3 %), le logement (+3,5 %) et les soins médicaux (+1,7 %) ont tous enregistré une augmentation. Presque toutes les composantes de l’indice ont affiché une hausse, sauf les billets d’avion et les boissons alcoolisées.

inflation bourse – inflation et cours des actions - graphique indice matières premières

L’inflation est donc générale. Elle ne concerne pas les biens et services d’un secteur d’activité particulier mais l’ensemble de l’économie. Pour l’expliquer, les économistes pointent du doigt le déséquilibre entre l’offre et la demande. D’un côté, la demande est en hausse à l’heure où les campagnes de vaccination permettent de lever certaines restrictions et de faire repartir la consommation. D’un autre côté, les restrictions qui restent en vigueur dans certaines régions posent des problèmes d’approvisionnement aux entreprises et limitent la disponibilité des biens et services. Ces restrictions donnent même lieu à des pénuries de main-d’œuvre, qui obligent les employeurs à augmenter les salaires pour pouvoir recruter. Cette hausse des salaires renforce à son tour la demande.

2022

On voit que la pandémie de Covid-19 joue un rôle clef dans la hausse des prix. La thèse selon laquelle l’inflation ne serait que « transitoire » repose sur l’idée que, avec la normalisation de la situation sanitaire, l’offre et la demande vont se rééquilibrer. Mais nul ne sait combien de temps cette normalisation va prendre. La découverte d’un nouveau variant dangereux en Afrique du Sud montre à quel point le futur est incertain.

À plus ou moins court terme, les banques centrales pourraient lutter contre l’inflation en relevant leurs taux directeurs. Mais, aux États-Unis, cela ne pourrait pas intervenir avant la fin du premier semestre 2022. Christine Lagarde a fait savoir qu’une augmentation des taux dans la zone euro était très « improbable » en 2022. Et jusqu’à quel niveau les banquiers centraux pourront-ils augmenter leurs taux ? Ces derniers auront du mal à se hisser au niveau du taux de l’inflation si celle-ci avoisine les 6,2 %.

Les meilleurs placements pour se protéger contre l’inflation

L’or 

L’or est souvent considéré comme un bon moyen de se protéger contre la perte de pouvoir d’achat liée à l’inflation. La valeur de l’or est exprimée dans une monnaie fiduciaire, par exemple le dollar. Si donc le dollar se déprécie en raison de l’inflation, le prix de l’or, tel qu’il est exprimé dans cette monnaie, s’apprécie. En période d’inflation, un investisseur voit son argent lui permettre d’obtenir moins de marchandises qu’auparavant. Mais, s’il échange ses onces troy contre des liquidités, il obtient plus de dollars qu’auparavant. Les pertes subies au niveau de son pouvoir d’achat sont compensées par les dollars supplémentaires que lui rapportent ses onces troy.

inflation bourse – inflation et cours des actions - graphique future or

On peut certes acheter des lingots ou des pièces d’or auprès d’une banque ou d’un organisme spécialisé. Mais, si on veut s’épargner les frais de stockage et les autres complications liées à la possession d’or physique, on peut aussi investir dans des instruments financiers liés à l’or. On peut acheter les actions de sociétés exploitant des mines d’or, ou des ETF tels que le tracker ETFS Physical Gold ou des contrats à terme ayant le métal jaune pour sous-jacent. On peut également se tourner vers d’autres métaux précieux, tels que l’argent, qui entretiennent une corrélation positive avec l’or.

Les obligations

Une obligation à taux variable est une obligation dont le taux d’intérêt varie à intervalles réguliers, en fonction des variations d’un taux de référence, par exemple l’Euribor, le taux interbancaire offert en euro. Les banques centrales ont tendance à augmenter leurs taux directeurs pour lutter contre l’inflation, ce qui a pour effet une augmentation générale des taux d’intérêt. En période d’inflation, les taux offerts par les obligations à taux variables ont donc tendance à augmenter. Aux États-Unis, la Réserve fédérale a déjà fait savoir que, si l’inflation perdurait, elle relèverait son taux des « fonds fédéraux ». La perspective d’un durcissement de la politique monétaire de la Fed a permis au rendement des bons du Trésor à 10 ans de passer de 0,538 % le 3 août 2020 à 1,470 % aujourd’hui. En Europe, la BCE s’est montrée jusqu’à présent peu disposée à modifier ses taux directeurs. Mais une inflation élevée pourrait la contraindre à changer d’avis. Les obligations à taux variable fournissent un bon moyen de parier sur une hausse des taux d’intérêt.

inflation bourse – inflation et cours des actions - graphique future taux US 10 ans

Les actions corrélées aux cryptomonnaies

Certaines cryptomonnaies ne sont disponibles qu’en quantités limitées. À commencer par le bitcoin. Le protocole bitcoin, tel qu’il a été conçu par son auteur, Satoshi Nakamoto, prévoit la création d’un nombre maximal de bitcoins (21 millions au plus). Cette disponibilité limitée rend les cryptomonnaies comparables à l’or. Les réserves d’or ne sont pas inépuisables. Et c’est pour cette raison que le métal jaune sert de réserve de valeur et donc de protection contre l’inflation. Pour les mêmes raisons, les cryptomonnaies pourraient aussi tendre à conserver leur valeur lors des périodes d’inflation. Le bitcoin a connu une croissance d’environ 200 % par an depuis sa création en 2009. Il semble équipé pour dépasser le rythme auquel les prix à la consommation augmentent aujourd’hui.

inflation bourse – inflation et cours des actions - graphique Riot

La plateforme de trading TWS vous permet de négocier un certain nombre d’actions liées au monde des cryptomonnaies. Des titres tels que Marathon Digital ou Riot Blockchain présentent une corrélation fortement positive avec le bitcoin. Si donc l’or numérique devait prendre de la valeur dans les mois à venir, ces actions en feraient sans doute de même.

Les matières premières

Les matières premières telles que le pétrole ou le soja sont des placements dont se servent souvent les investisseurs pour se prémunir contre l’inflation. Lorsqu’une monnaie fiduciaire perd de sa valeur, le prix des matières premières, tel qu’il est exprimé dans cette monnaie, tend à augmenter. Par ailleurs, l’inflation est souvent due à une hausse du prix des matières premières. Dans les années 1970, la hausse du prix du pétrole avait largement contribué à causer un niveau élevé d’inflation. Nous avons vu précédemment comment, dans le cas de la période actuelle, la hausse du prix de ressources énergétiques telles que l’essence ou le fioul participait largement à la hausse générale des prix. En investissant dans les matières premières qui font grimper les prix des marchandises en général, on bénéficie de la corrélation positive entre le prix de ces matières premières et l’inflation.

inflation bourse – inflation et cours des actions - graphique future maïs

La plateforme TWS vous permet de négocier indirectement dans les matières premières. Vous pouvez investir dans ces produits via les actions, les ETF et les contrats à terme qui leur sont liés. Prenons l’exemple du contrat à terme dont le symbole est ZC (voir graphique ci-dessus). Il vous permet de parier sur l’évolution future du prix du maïs.

Se protéger en bourse contre l’inflation via Lynx

LYNX vous offre la possibilité d’acheter ou de vendre un grand nombre d’instruments financiers permettant de se protéger contre l’inflation. Actions, ETF, futures ou obligations, la plateforme TWS vous donne accès à une vaste gamme de produits :