Investir dans les obligations

Bien que les investisseurs (particuliers) s’intéressent principalement au marché des actions, la valeur totale et le volume des investissements du marché des obligations est bien plus ample. Les obligations qui sont des titres à taux d’intérêt fixe, sont considérées comme des investissements relativement sûrs. Mais ceci ne signifie pas que l’investissement dans ce type de produit ne comporte aucun risque.

Le présent sommaire explique ce que sont les obligations, comment elles fonctionnent et à quoi elles peuvent servir.

Let op: les obligations,  sont souvent considérées comme des investissements relativement sûrs. Toutefois, cela ne signifie pas qu’investir dans ce type d’instrument est sans risque.

Les obligations sont tout simplement des prêts émis par les pouvoirs publics ou par les entreprises. Lorsque vous achetez une obligation d’un pouvoir public ou d’une entreprise, vous lui prêtez de l’argent. En échange, vous recevez une reconnaissance de dette. Contrairement aux actions, quand vous acquérez une obligation, vous ne devenez pas co-propriétaire de l’institution émettrice. La reconnaissance de dette donne droit au versement d’une indemnité. L’indemnité qui vous est payée pour le prêt s’appelle le « coupon ». Le plus souvent, il est payé périodiquement (par exemple, 1 fois par an). Une obligation a souvent une date d’échéance. À cette date, vous récupérez l’argent que vous avez prêté (la somme principale) sauf dans des cas exceptionnels comme en cas de faillite.

Les obligations les plus fréquentes

Les deux types d’obligations les plus fréquentes sont les obligations d’État et les obligations d’entreprise.

Les obligations d’entreprise

Les obligations d’entreprise sont les obligations les plus fréquentes. En achetant une obligation d’entreprise, l’investisseur prête de l’argent à la société émettrice de l’obligation en échange d’une obligation légale de payer un intérêt périodique sur la somme principale. Les investisseurs récupèrent cette somme principale dès que l’obligation arrive à échéance. Les entreprises émettent des obligations pour diverses raisons comme par exemple le financement de projets, des fusions, le paiement de dividendes aux actionnaires, etc.

Les obligations d’État

Les obligations d’État sont quasi identiques aux obligations d’entreprises. Un intérêt est également versé au détenteur de l’obligation qui récupère la somme principale à l’échéance de l’obligation. La seule différence est que l’investisseur ne prête pas de l’argent à une entreprise mais à un État. Les autorités publiques utilisent les obligations pour accéder à des capitaux qui peuvent ensuite être investis dans différents types de projets comme par exemple des projets d’infrastructure. Les obligations d’État sont généralement moins risquées que les obligations d’entreprise.

Bien qu’il existe une multitude de types d’obligations, celles-ci présentent des points communs.

L’organisme émetteur

L’organisme émetteur est l’entité qui emprunte de l’argent en émettant des obligations. Les plus connus sont les États et les entreprises.

La somme principale

Il s’agit du montant total de l’emprunt. Ce montant est emprunté à l’émission de l’obligation et remboursé à la date d’échéance.

Le coupon

Le coupon est payé périodiquement au détenteur de l’obligation. Il s’agit du paiement d’intérêts. L’intérêt est fixé au préalable.

La date d’échéance

La date d’échéance d’une obligation est la date à laquelle l’obligation expire. À cette date, le détenteur de l’obligation récupère la totalité de la somme principale.

Le cours de l’obligation

Il s’agit du prix de l’obligation payé en bourse. Le cours de l’obligation et l’évolution du taux d’intérêt sont inversement proportionnels. En d’autres termes, quand de nouvelles obligations sont émises et que le coupon est plus élevé, alors les investisseurs se désintéressent des obligations à taux d’intérêt moins élevé, ce qui fait baisser le cours.

Le rating ou la notation

Différentes agences de notation (ou agences de rating) attribuent une note aux émetteurs d’obligations. Plus la notation est élevée (positive), moins le coupon périodique est élevé. C’est normal vu que le risque d’insolvabilité est moins élevé.

La fréquence de paiement du coupon

Le paiement est le plus souvent périodique. De nombreux coupons sont payés une fois par an ou une fois tous les six mois. Il est également possible que des coupons soient payés chaque trimestre ou chaque mois.

Le rendement

Il s’agit du rendement sur le capital investit de l’obligation qui est exprimé en pourcentage en fonction du montant investi ou de la valeur marchande actuelle. Le rendement inclut les revenus issus des paiements du coupon.

La valeur marchande est proportionnelle au taux du coupon. En général, un taux du coupon de 1 % se traduit par un cours inférieur à celui d’un taux de 3 % pour deux obligations qui ont la même date d’échéance.

Il existe différents types d’obligations. Seules les obligations les plus fréquentes sont abordées ci-dessous.

Les obligations plain vanilla

Il s’agit d’un type d’obligation à coupon fixe et à durée définie. Il s’agit des obligations traditionnelles. Dans la plupart des cas, le montant payé à la date d’échéance est égal au montant payé à l’émission. Ce type d’obligations traditionnelles est également appelé « straight bond » ou « bullet bond ».

Les obligations à taux variable

En anglais, ce type d’obligation est appelé « floating rate bond ». Le taux d’intérêt dépend d’un marché de référence, comme par exemple le Federal Fund Rate ou le LIBOR. Si celui-ci augmente, alors le coupon augmente aussi. Et vice versa. Si celui-ci baisse, le coupon baisse aussi.

Les obligations à zéro-coupon

Contrairement à la plupart des obligations, une obligations à zéro-coupon ne paie pas d’intérêts aux détenteurs. Celles-ci sont donc bien souvent émises à un prix inférieur. Le jour de l’échéance, le détenteur reçoit un montant plus élevé. Il réalise donc du rendement.

Les obligations perpétuelles

Il s’agit d’obligations sans date d’échéance. Elles continuent d’exister tant que l’émetteur existe. Tout comme les obligations traditionnelles, ce type d’obligations paie des intérêts périodiques aux détenteurs.

Les obligations convertibles

La caractéristique de ces obligations est qu’elle offre à son porteur le droit d’échanger l’obligation en actions (droit de conversion). Ce type d’obligations est principalement utilisé par les entreprises (cotées en bourse). Le coupon est souvent moins élevé vu que le détenteur reçoit les actions à un prix fixé au préalable.

Les obligations subordonnées

Une obligation subordonnée est une obligation qui, en cas de faillite de l’émetteur, n’est remboursée qu’après toutes les autres créances. Les obligations régulières sont les premières à être remboursée, tout comme les autres dettes. Le risque de telles obligations est plus élevé. Par conséquent le coupon l’est aussi.

Les obligations indexées à l’inflation

Il s’agit d’obligations dont le coupon est lié à l’inflation annuelle par le biais d’un coefficient de multiplication. En cas de haute inflation, la perte en termes de rendement de ce type d’obligations est moins importante. Ce type de produit rapporte souvent un rendement inférieur que les obligations à coupon fixe à cause de la couverture contre la perte de rendement.

Il s’agit du calcul de la valeur réelle théorique d’une obligation. À cet effet, la valeur au contant est calculée en fonction des paiements futurs des intérêts et de la valeur à la date d’échéance (la valeur nominale). La valeur nominale et les paiements d’intérêts permettent à l’investisseur de calculer le rendement futur.

La valeur réelle théorique

Pour calculer cette valeur, il faut additionner la valeur au comptant et le coupon à payer tenant compte du taux d’actualisation. Le taux d’actualisation utilisé est le rendement jusqu’à l’échéance. Il s’agit du rendement reçu par l’investisseur lorsqu’il réinvestit chaque paiement de coupon d’une obligation à un taux de coupon fixe (jusqu’à l’échéance de l’obligation). Le taux d’actualisation tient compte du prix d’une obligation, la valeur nominale, le taux de coupon et la durée.

Estimation du coupon d’une obligation

La valeur au comptant des paiements de coupon prévus est additionnée à la valeur au comptant de la valeur nominale de l’obligation. La formule est la suivante :

C Paiements du coupon
r Taux d’actualisation / rendement jusqu’à l’échéance
F Valeur nominale de l’obligation
t Nombre de périodes du coupon
T Délai jusqu’à l’échéance

Exemple 

Une obligation d’entreprise a un taux d’intérêt annuel de 5 % avec un paiement semestriel durant une période de deux ans. Après cette période de deux ans, l’obligation arrive à échéance et la somme principale doit être remboursée à l’investisseur. Le calcul de l’évaluation de l’obligation est le suivant :

Paiement annuel du coupon 5 %
Paiement semestriel du coupon 2,5 %
C 2,5 % x 1.000 € = 25 € par période
r 3 %
t 2 ans x 2 = 4 périodes de coupon
T 4 périodes
Valeur au comptant des paiements semestriels 25 / (1.03)1 + 25 / (1.03)2 + 25 / (1.03)3 + 25 / (1.03)= 24,27 + 23,56 + 22,88 + 22,21 = 92,93
Valeur au comptant de la valeur nominale 1000 / (1.03)4 = 888,49
Évaluation de l’obligation € 92,93 + € 888,49 = € 981,42

Pour les obligations à zéro coupon, une obligation qui ne paie pas d’intérêts, le calcul est relativement simple :

€1.000 / (1.03)4 = 888,49 €

L’avantage d’une obligation à zéro-coupon est qu’il est possible de l’acheter à un prix réduit. La différence entre le prix d’achat et la valeur au comptant de la valeur nominale correspond à l’intérêt que touchera l’investisseur.

La plupart des obligations sont évaluées par au moins une agence de notation indépendante. La note (par ex. A+) attribuée aux émetteurs d’obligations permet de mesurer les risques liés à la solvabilité de ceux-ci. En d’autres termes, la note donne une indication quant à la solidité financière de l’émetteur pour assurer le remboursement de la somme principale et le paiement du coupon d’une obligation dans les délais impartis. Les analystes déterminent la solidité financière à l’aide de différents critères appliqués par l’agence en question. Vu qu’une approche diffère d’un bureau à un autre, il est possible que différentes notes soient attribuées à une obligation.

Les agences de notation

Standard & Poor’s, Fitch Ratings Inc. et Moody’s Investor Service sont les agences les plus connues au monde. Les notes attribuées par  Standard & Poor’s et Fitch Ratings Inc. sont AAA, AA+, AA, AA, AA-, AA-, A+, A-. Moody’s Investor Services utilise les notes Aaa, Aa1, Aa2, Aa3, A1, A2, A3. Les chiffres sont également utilisés pour les notes B et C.

Les titres investissables ou investment grade

Les ratings permettent aux particuliers et aux professionnels de se faire une idée sur la qualité et la stabilité d’une obligation, ceux-ci influencent également le prix d’une obligation, les taux d’intérêt et la volonté des investisseurs d’investir ou non dans une obligation. Les obligations dont la notation est plus élevée sont considérées comme relativement sûres et un investissement stable.  Les États qui ont de bonnes perspectives d’avenir ou des grandes entreprises cotées en bourse ont souvent les taux d’intérêt les plus élevé. Ces obligations sont des titres investissables qui reçoivent une note allant de AAA à BBB-  (Standard & Poor’s en Fitch Ratings Inc.) ou de Aaa à Baa3 (Moody’s Investor Service).

Les obligations non investissables

Il s’agit d’obligations qualifiées de très spéculatives par les agences de notation. Elles sont également appelées « obligations pourries » ou « junk bonds». Ces obligations comportent un haut taux de risque car certains émetteurs doivent faire face à des problèmes de liquidité, ils ne pourront peut-être pas remplir leurs obligations. L’investisseur qui investit dans une junk bond pourrait donc bien perdre la totalité de son investissement. En revanche, le rendement est considérablement supérieur à celui des titres investissables. Les junk bonds ont habituellement une note allant de BB+ à D (Standard & Poor’s en Fitch Ratings Inc.) ou entre Baa1 à C (Moody’s Investor Service).

Aperçu des notations obligataires de Standard & Poor’s et Moody’s Investor Service

GradeRating   Description
S&P Moody´s Fitch 
Investment Grade AAA Aaa AAA Risque de non-paiement le plus faible, meilleure qualité
AA+ Aa1 AA+ Risque de non-paiement faible, haute qualité
AA Aa2 AA 
AA- Aa3 AA- 
A+ A1 A+ Qualité supérieure à la moyenne, la capacité à honorer les obligations financières est considérée comme forte
A2 Plus sensibles aux conditions économiques défavorables que les sociétés ayant des notes plus élevées
A- A3 A- 
BBB+ Baa1 BBB+ Qualité moyenne, protection insuffisante en cas de conditions économiques défavorables
BBB Baa2 BBB 
BBB- Baa3 BBB- 
Non-Investment Grade BB+ Ba1 BB+ Spéculatif, aucune garantie de paiement des intérêts et du capital
BB Ba2 BB 
BB- Ba3 BB- 
B+ B1 B+ 
B2 Très spéculatif, faible probabilité de paiement d'intérêts à long terme
B- B3 B- 
CCC+ Caa1 CCC+ Forte probabilité de non-paiement, qualité et protection des investisseurs les plus faibles
CCC Caa2 CCC 
CCC- Caa3 CCC- 
CC Ca 
DDD En défaut
DD 

Avant de vous lancer dans les obligations, vous devez évaluer votre expérience, vos objectifs de cours, vos moyens financiers et d’autres considérations pertinentes. Assurez-vous d’être informé des caractéristiques du produit avant de vous lancer dans le trading des obligations.

La risque de liquidité

Le risque qu’un investisseur qui détient une obligation ne puisse trouver d’acheteur au moment où il veut vendre. C’est notamment le cas lorsque le volume échangé est relativement bas.

Le risque de cours

Vu que le cours d’une obligation peut fluctuer, il s’agit ici d’un risque potentiel pour l’investisseur. C’est principalement le cas lorsque l’investisseur envisage d’acheter une obligation ou de la vendre avant que celle-ci arrive à échéance. Si l’obligation arrive à échéance, la somme principale est normalement remboursée à l’investisseur.

Les facteurs qui ont la plus grande influence sont le rendement de l’obligation, les taux d’intérêt et la solvabilité de l’émetteur. L’offre et la demande influencent également le cours d’une obligation. Une demande plus élevée ou une offre moins élevée se traduit généralement par un cours plus élevé, ceteris paribus. En revanche, une demande moins élevée ou une offre plus élevée fait baisser le cours.

Le risque de change

Un détenteur d’une obligation s’expose au risque de change lorsque l’obligation est cotée dans une devise étrangère. Si une obligation est cotée en dollars américains, il est possible que le cours du dollar américain baisse. Par conséquent, les paiements de coupon seront inférieurs une fois convertis en euros. Le risque de change peut influencer positivement ou négativement le rendement de l’investisseur dans des obligations.

Le risque de crédit

L’investisseur d’une obligation dépend de la fiabilité de l’émetteur des obligations sous-jacentes. Si l’émetteur ne remplit pas à ses obligations, par exemple en cas de faillite, ce sera le pire scénario pour l’investisseur. Dans tel cas, l’investisseur peut perdre l’investissement initial ainsi que les potentiels revenus de cet investissement. C’est pourquoi il est important de s’intéresser à la note donnée par les agences de notation.

Le risque d’inflation

L’inflation a un impact négatif sur le prix de l’obligation car le pouvoir d’achat de futurs paiements de coupon diminue si l’inflation augmente. Il s’agit donc d’un risque à prendre en compte par l’investisseur. À long terme, l’inflation est le pire ennemi de l’investisseur si sa stratégie d’investissement est liée à des valeurs à taux d’intérêt fixes.

Le risque de taux d’intérêt

Le climat des taux d’intérêt a un impact considérable sur le prix d’une obligation (à taux d’intérêt fixe). Le cours de l’obligation et les fluctuations des taux d’intérêt évoluent dans le sens inverse. La règle est que lorsqu’un des deux augmente, l’autre diminue et vice versa.

La majoration des exigences de marge

Pour se protéger et protéger ses clients, Interactive Brokers UK peut à tout moment majorer les exigences de marge imposées à ses clients pour des postions existantes ou des nouvelles positions sur des obligations. Cette décision peut être prise après une forte hausse de la volatilité du titre sous-jacent, lorsque la capitalisation du marché ou le titre sous-jacent chute sous un certain seuil ou pour d’autres raisons. Attention, lorsque les marges sont ajustées, il est possible que le solde sur le compte ne remplisse plus les exigences de marge. Dans ce cas, le courtier procède à la liquidation des positions afin de combler ce solde insuffisant.

Risque de liquidation

Lorsque le total des garanties de votre portefeuille passe sous les exigences de marge, Interactive Brokers a le droit de fermer certaines positions sans avis préalable, que ces positions soient rentables ou déficitaires. Si, après la liquidation, votre compte ne remplit toujours pas les exigences de marge et que vous détenez d’autres positions à titre de garantie, Interactive Brokers UK fermera d’autres positions pour combler le déficit de marge. Sachez qu’une liquidation est toujours opérée au meilleur prix de l’offre ou prix de la demande à ce moment-là et que vous ne pouvez en aucun cas influencer le prix final de la transaction. La liquidation peut être opérée à un prix déficitaire et à un moment défavorable à votre égard.

Les deux risques principaux qui influencent le rendement des obligations sont le risque de solvabilité (la somme principale sera-t-elle remboursée ?) et le risque du taux d’intérêt (les fluctuations des taux). Le risque lié aux taux d’intérêt peut être déterminé à l’aide de la duration : il s’agit d’une méthode de calcul de la sensibilité du cours de l’obligation à une modification du taux d’intérêt. La duration et la durée d’une obligation sont deux notions différentes.

Comment fonctionne la duration ?

La duration d’une obligation exprime la période (calculée en moyenne) que doit attendre un investisseur jusqu’à ce qu’il récupère le capital investi grâce au paiement des coupons et du remboursement du capital. Il est également possible de calculer la sensibilité du cours d’une obligation par rapport à une variation des taux d’intérêt. Dans le cas des obligations, chaque modification de 1 % du taux d’intérêt se traduit par 1 % du cours de l’obligation dans le sens inverse, pour chaque année de la durée.

La duration est une mesure pondérée de tous les paiements de l’obligation. Si la durée d’une obligation est de 10 ans, alors la duration est la moyenne pondérée des paiements annuels de coupon et du règlement de l’obligation après 10 ans. Le temps écoulé entre le présent et le paiement est utilisé comme facteur de pondération.

La duration modifiée

La duration modifiée mesure quant à elle l’élasticité du cours obligataire en fonction du taux du marché. Elle indique la sensibilité avec laquelle réagit le cours d’une obligation ou d’un fonds en obligations si le taux d’intérêt varie de 1 point de pourcentage. Le rendement effectif est le rendement rapporté par l’obligation si celle-ci est détenue jusqu’à l’échéance.

Les facteurs qui influencent la duration d’une obligation

Deux facteurs influencent la duration d’une obligation. Il s’agit de la période jusqu’à l’échéance et le taux de coupon.

La période jusqu’à l’échéance

En règle générale, plus la durée de l’obligation est longue, plus la duration est élevée (ainsi que le risque des taux d’intérêt). Une obligation à court terme comporte moins de risques car les coûts réels sont remboursés plus rapidement que dans le cas d’une obligation à long terme.

Le taux de coupon

En toute logique, le taux de coupon est un facteur majeur qui influence la durée de l’obligation. Une obligation à taux de coupon élevé a une duration moins élevée qu’une obligation à taux de coupon moins élevé. L’obligation à rendement plus élevé rembourse plus rapidement les coûts initiaux qu’une obligation à taux d’intérêt moins élevé.

Avant d’investir dans un instrument financier, il est important de vérifier si le produit correspond à votre expérience, vos connaissances, votre objectif d’investissement et votre horizon d’investissement. Si vous envisagez d’investir dans des obligations, vous pouvez utiliser les informations suivantes pour évaluer si les obligations correspondent à votre profil d’investisseur.

La complexité

Les obligations sont qualifiées de produits non complexes. Il existe toute une série de types d’obligations qui présentent différentes caractéristiques. Assurez-vous d’être informé des caractéristiques du produit que vous choisissez avant de vous lancer dans les obligations.

Le type d’investisseur

Après avoir analysé les caractéristiques des obligations, vous pouvez déterminer si ce produit vous convient. Les obligations peuvent être échangées par les particuliers ainsi que par les professionnels.

Les connaissances et l’expérience

Il est important de tenir compte des critères requis en matière de connaissances et d’expérience avant de vous lancer dans le trading des obligations. LYNX BROKER exige une expérience pratique dans le domaine des obligations d’au moins un an et des connaissances suffisantes des mécanismes et des risques liés au trading des obligations.

La situation financière et la conscience du risque

Les investisseurs doivent avoir conscience qu’ils peuvent perdre la totalité (ou plus) du montant de l’investissement initial lorsqu’ils investissent dans des obligations et l’accepter.

Au niveau du profil de risque, il y a lieu de faire une distinction entre les obligations investissables ou investment grade et les obligations non investissables vu que la solvabilité de l’émetteur permet de s’assurer du remboursement des coupons et de la somme principale pendant la durée de l’obligation.

L’achat d’obligations investissables telles que les obligations d’État EUR et US et les obligations d’entreprise à notation élevée est qualifié d’investissement à valeur fixe. Pour les obligations non investissables, le profil de risque est spéculatif et le risque est bien plus élevé.

L’objectif d’investissement

Les investissements dans des obligations peuvent servir à réaliser des objectifs d’investissement, comme la génération de revenus et la croissance de capital.

Le maintien du capital

Les obligations d’état et d’entreprise sont qualifiées d’obligations investissables et conviennent aux investisseurs qui ont une stratégie d’investissement plutôt conservatrice visant le maintien du capital. Les investisseurs doivent toujours tenir compte du risque de solvabilité de l’émetteur.

La génération de revenus et la croissance de capital

Comparé aux actions, les obligations offrent plus de sécurité quant à la génération d’une source de revenus fixes et au rendement du capital. Il est possible de générer des revenus en recevant les paiements périodiques de coupon pour les obligations détenues en portefeuille. Les paiements de coupons sont versés en espèces. La solvabilité d’une obligation donne une indication quant à la certitude et le risque du remboursement de la somme principale.

Les émetteurs d’obligations proposent toute une série d’obligations à coupons et échéances divers. L’investisseur peut choisir parmi une multitude d’obligations pour trouver celle qui lui correspond.

Un investisseur peut acheter ou vendre une obligation avant son échéance pour générer une croissance de capital. Cette opération est un peu plus spéculative.

L’horizon d’investissement

Il n’existe aucun horizon d’investissement spécifique pour les obligations.  Les obligations peuvent convenir au cours terme (moins de trois ans), au moyen terme (de trois à dix ans) et au long terme (plus de dix ans).

La présente brochure décrit les caractéristiques principales de différents types d’obligations. Les obligations présentent de nombreuses facettes et comportent des avantages et des risques.

  • Le détenteur d’une obligation est une personne, société ou institution qui détient une obligation émise par un émetteur.
  • Une obligation est un contrat d’emprunt entre l’émetteur et l’investisseur. L’émetteur s’engage à rembourser la somme principale à la date d’échéance convenue dans le contrat.
  • Dans la plupart des cas, l’obligation s’accompagne d’un coupon. Il s’agit du taux d’intérêt payé en échange du prêt.
  • Un détenteur d’une obligation ne peut être comparé à un actionnaire car il ne devient pas co-propriétaire de l’organisme émetteur. Il lui prête seulement de l’argent. C’est pourquoi les détenteurs d’obligations ne jouissent pas du droit de vote et qu’ils ne reçoivent pas de dividende.

Comme chaque instrument financier, les obligations présentent des avantages mais aussi des inconvénients.

Avantages

  • Les obligations investment grade sont considérées comme relativement sûres
  • Le détenteur d'une obligation reçoit un paiement périodique sous la forme d’un coupon
  • Les obligations sont évaluées sur la base de la solvabilité

Inconvénients

  • Les fluctuations des taux d’intérêt et des taux de change ainsi que les risques de marché en général influencent le cours d'une obligation
  • L’inflation fait baisser le pouvoir d’achat
  • Le risque de solvabilité vu que l'investisseur d'une obligation dépend de la fiabilité de l’émetteur

Fréquence de paiement du coupon

La fréquence de paiement du coupon est annuelle ou semestrielle.

Obligation d’entreprise

Une obligation d’entreprise est une reconnaissance de dette émise par une société vendue à des investisseurs.

Obligations convertibles

Une obligation convertible est une reconnaissance de dette à taux d’intérêt fixe qui peut également être convertie en actions. Le nombre d’actions est convenu au préalable.

Taux de coupon

Le taux de coupon est le taux d’intérêt que l’émetteur paie sur valeur nominale de l’obligation.

Duration

La duration mesure la sensibilité du prix d’une obligation à une fluctuation du taux d’intérêt.

Émetteur

L’organisme émetteur est l’entité qui emprunte de l’argent en émettant des obligations.

Obligations à taux variable

Il s’agit d’une obligation sans paiement de coupon fixe qui est souvent associée à un marché de référence.

Somme principale

La somme principale fait référence à la valeur nominale d’un instrument de crédit ou au moment emprunté.

Obligation indexée à l’inflation

Le coupon de ce type d’obligation est indexé à l’inflation annuelle.

Risque d’inflation

L’effet de l’inflation sur le prix de l’obligation.

Obligations investissables ou investment grade

Une obligations à laquelle une agence de notation attribue une note moyenne ou élevée.

Risque de cours

Vu que le cours d’une obligation peut fluctuer, il s’agit ici d’un risque potentiel pour l’investisseur. C’est principalement le cas lorsque l’investisseur envisage d’acheter une obligation ou de la vendre avant que celle-ci arrive à échéance.

Risque de crédit

Le risque qu’une entreprise ou des particuliers ne soient pas en mesure de répondre à leurs obligations de paiement pour régler leurs dettes.

Risque de liquidité

Le risque qu’un investisseur qui détient une obligation ne puisse trouver d’acheteur au moment où il veut vendre.

Duration modifiée

La duration modifiée mesure quant à elle l’élasticité du cours obligataire en fonction du taux du marché.

Obligations non investissables

Il s’agit d’obligations qualifiées de très spéculatives par les agences de notation. Elles sont également appelées « obligations pourries » ou « junk bonds».

Obligation

Une obligation est un instrument financier à taux d’intérêt fixe qui représente le prêt par un investisseur à un émetteur.

Obligations perpétuelles

Il s’agit d’obligations sans date d’échéance. Elles continuent d’exister tant que l’émetteur existe.

Obligation plain vanilla

Il s’agit d’une obligation à coupon fixe et à durée définie. Dans la plupart des cas, le montant payé à la date d’échéance est égal au montant payé à l’émission.

Évaluation de l’obligation

Différentes agences de notation (ou agences de rating) attribuent une note aux émetteurs d’obligations dans le but de mesurer les risques liés à la solvabilité de ceux-ci. L’évaluation se fait sur la base d’une analyse financière approfondie.

Agence de notation

Une agence de notation est une société indépendante qui attribue des notes (ratings) aux émetteurs d’obligations.

Rendement

Le rendement correspond aux revenus générés et réalisés sur un investissement durant une certaine période et est exprimé en pourcentage sur la base du montant investi ou de la valeur marchande actuelle ou la valeur nominale du titre.

Risque de taux d’intérêt

L’effet du taux d’intérêt sur le prix de l’obligation. Lorsque l’intérêt augmente, le cours d’une obligation augmente. Les fluctuations des intérêts et le prix de l’obligation évoluent toujours de manière inversement proportionnelle.

Obligations d’État

Une obligation d’État est une reconnaissance de dette émise par un État vendue à des investisseurs.

Obligations subordonnées

Une obligation subordonnée est une obligation qui, en cas de faillite de l’émetteur, n’est remboursée qu’après toutes les autres créances.

Valeur réelle théorique

La valeur actuelle des flux de trésorerie que l’obligation devrait générer.

Risque de change

Le risque que la devise de l’obligation baisse et donc également la valeur du coupon et la somme principale de l’obligation.

Date d’échéance

La date à laquelle un produit d’investissement ou d’assurance devra être payé.

Obligations à zéro-coupon

Ces obligations ne paient pas d’intérêts périodiques et sont vendues avec une réduction élevée par rapport à la valeur nominale.