Benjamin Graham : l’un des pionniers

Benjamin Graham est né en 1894 et a grandi dans une famille relativement aisée jusqu’au décès de son père alors qu’il était âgé de neuf ans. Sa mère qui n’avait pas le sens des affaires, investit en bourse la totalité de leurs actifs, juste avant la panique de 1907. La famille traversa ensuite une longue période marquée par les problèmes financiers. Cette expérience aura marqué Benjamin Graham qui, au cours de sa carrière, attachera la plus grande importance à limiter le risque de perte de capital.

“Be nothing unless it be lasting”

Après ses études, alors âgé de 20 ans, Benjamin Graham entame sa carrière à Wall Street chez Newburger, Henderson and Loeb où il écrit des cotations au tableau noir. Très rapidement, il parvient à s’imposer parmi les traders pour gagner 500.000 $ en 1925, une somme astronomique à l’époque. En 1926, il s’associe avec Jerome Newman avec qui il crée un fonds d’investissement. Le krash boursier de 1929 tombe au mauvais moment, leur faisant perdre d’énormes sommes d’argent.  Graham et Newman travailleront pendant les cinq années suivant le krash sans recevoir aucune rémunération afin de compenser la totalité de cette perte. Ces efforts paieront et le fonds d’investissement se remettra du krash en cinq ans à peine tandis que les marchés auront quant à eux besoin de près de 25 ans pour se redresser. Par la suite, Graham et Newman ne perdront annuellement plus jamais d’argent pour le compte de leurs clients.

A great company is not a great investment if you pay too much for the stock. - Value investing Graham

Benjamin Graham - Value investing

Parallèlement à sa carrière à Wall Street, Benjamin Graham était également professeur à la Columbia Business School. Son cours sur l’investissement était très prisé par les étudiants. Il y consacrera également un livre « l’Investisseur intelligent » paru en 1949.  À ce jour, cet ouvrage fait partie des grands classiques de la littérature sur les finances.

The Intelligent Investor - Value investing met Benjamin Graham

Dans cet ouvrage, Benjamin Graham se penche sur les traits de caractère car selon lui,  réussir en bourse ne relève pas uniquement de l’intelligence pure. Ce qu’il faut, c’est la capacité de désactiver ses émotions, de la discipline, une vision à long terme et croire qu’une méthode fructueuse existe.

Benjamin Graham est le mentor de Warren Buffett, le plus connu des investisseurs dans la valeur au monde. L’influence de Graham sur Buffett est immense. Les deux hommes ont la même approche en ce qui concerne les actions.

Ils ne les considèrent pas comme des morceaux de papier dont ils espèrent que la valeur va augmenter rapidement mais plutôt comme une manière d’acquérir la société, y compris les bénéfices, les dettes, les actifs et le chiffre d’affaires futur.

Tant Graham que Buffett pensent que la bourse n’est pas efficace et surtout pas à court terme. Le cours d’une action à court terme fluctue de façon plus ou moins aléatoire, il est donc inutile d’y accorder trop d’attention.

À long terme, les prix finissent toujours par s’aligner sur la valeur intrinsèque. C’est comme cela qu’investir devient relativement simple : une analyse minutieuse d’un titre pour connaître sa valeur réelle. Selon Benjamin Graham, il faut se réserver une marge de sécurité. Si une action cote à un prix inférieur à la valeur intrinsèque, alors cette action est intéressante. Il vous faut alors vous armer de patience et attendre longtemps, car les actions reflèteront tôt ou tard la valeur réelle de l’entreprise. Il faut bien évidemment vérifier si la valeur fondamentale de l’entreprise ne change pas entretemps.

Total return index P&G

Selon Benjamin Graham, cette approche présente donc une marge de sécurité qui permet de réduire les risques. Si le cours d’une action se situe significativement au-dessous de sa valeur intrinsèque, la probabilité de voir sa valeur augmenter est bien supérieure à celle de la voir diminuer.

« Obtenir des résultats d’investissement satisfaisants est plus facile qu’on le croit ; obtenir des résultats supérieurs est plus difficile que cela en a l’air. »

Value investing quote van Bejamin Graham


Benjamin Graham - Value investing

Sa méthodologie relativement simple et sans artifices s’est avérée particulièrement fructueuse. Cette légende de l’investissement l’a personnellement prouvé mais il n’est pas le seul. De nombreux de ses disciples se sont illustrés en enregistrant d’excellentes performances. En voici un aperçu :

Délai Moyenne/an Moyenne S&P/an
Walter J. Schloss, WSJ Partnership 45 ans 15,3 % 10 %
Warren Buffett (Bershire Hathaway), Buffet Partnership 39 ans 17,8 % 11,61 %
Prem Watsa, Fairfax 33 ans 19,90% 10,72%
Bill Ruane, Sequoia Fund 39 ans 13,10 % 11,61 %
John Rogers, Ariel Fund 32 ans 11 % 10,19 %
Joel Greenblatt, Gotham Absolute 7 ans 7 % 14,13 %
Charles Munger – pour Berkshire Hathaway 13 ans 13,96 % 5,26 %