Le fonctionnement des options et les stratégies d’options les plus populaires

Les options offrent des possibilités infinies pour anticiper et profiter d’un mouvement haussier ou baissier. Mais comment fonctionnent les options ? Dans la première partie, nous nous penchons sur quelques notions de base clés pour se mettre au trading d’options. Dans la deuxième partie, nous abordons les différents types d’options ainsi qu’un nombre de caractéristiques majeures.

Nous examinerons ensuite les grecques et la volatilité. Utilisez les options put et call les plus élémentaires pour anticiper une hausse ou une baisse. L’inconvénient est le risque par rapport aux grecques. Les avis sont plutôt mitigés en ce qui concerne le véga et le thêta. En effet, les investisseurs anticipent une fluctuation de la valeur sous-jacente et non pas une hausse ou une baisse de la volatilité de l’option par exemple. La mise en place de différentes stratégies d’options est la solution idéale. En combinant des options, l’investisseur peut convertir ses prévisions en une stratégie de trading concrète à risque limité par rapport aux grecques. Tycho Schaaf, spécialiste en investissement chez LYNX, investit tous les jours dans des options et partage ses conclusions sur le Portail bourse de LYNX à l’aide d’exemples pratiques en termes de stratégies d’options.

CTA Sidebar - Option book - FR
En entrant vos coordonnées, vous acceptez que LYNX BROKER enregistre vos données et puisse vous contacter (par téléphone) à des fins de marketing. Vous pouvez vous désabonner en envoyant un e-mail à info@lynxbroker.fr

Émettre des options call non couvertes (naked call)

Anticipez et profitez d’un cours du sous-jacent qui stagne ou qui n’augmente que très faiblement en émettant une option call non couverte. Pour que cette transaction soit rentable, le cours du sous-jacent ne doit pas nécessairement baisser (fortement). Le temps qui s’écoule est à votre avantage, par conséquent, un cours qui stagne ou même qui évolue légèrement à la hausse, suffit pour que la stratégie soit rentable. Pour profiter au maximum du thêta négatif, une option call en dehors de la monnaie est émise.

Dans l’exemple ci-dessous, la transaction suivante est  exécutée :

  • Vente : option call 40 $

À cet effet, vous touchez une prime de 1 $, le seuil de rentabilité se situe à 41 $. Si le prix de la valeur sous-jacente clôture sous le cours de 41 $, vous réalisez un profit. Le profit maximum correspond à la prime reçue de 100 $. Si le prix de la valeur sous-jacente clôture au-dessus de 41 $, vous enregistrez une perte qui est illimitée.

Les résultats affichés dans le présent exemple fictif sont hors frais de transaction.

Options call non couvertes (naked call)

Émettre des options put non couvertes (naked put)

Anticipez et profitez d’un cours du sous-jacent qui stagne ou qui ne baisse que très faiblement en émettant une option put non couverte. Pour que cette transaction soit rentable, le cours du sous-jacent ne doit pas nécessairement augmenter (fortement). Le temps qui s’écoule est à votre avantage, par conséquent, un cours qui stagne ou même qui évolue légèrement à la baisse, suffit pour que la stratégie soit rentable. Pour profiter au maximum du thêta négatif, une option call en dehors de la monnaie est émise.

Dans l’exemple ci-dessous, la transaction suivante est  exécutée :

  • Vente option put 40 $

À cet effet, vous touchez une prime de 1 $, le seuil de rentabilité se situe à 39 $. Si le prix de la valeur sous-jacente clôture au-dessus du cours de 39 $, vous réalisez un profit. Le profit maximum est la prime reçue de 100 $. Si le prix de la valeur sous-jacente clôture en dessous de 39 $, vous enregistrez une perte. La perte maximale s’élève à 3.900 $ mais il faudrait alors que le cours baisse jusqu’à 0 $.

Les résultats affichés dans le présent exemple fictif sont hors frais de transaction.

Émettre des options put non couvertes (naked put)

Option call couverte (covered call)

Anticipez une hausse limitée de la valeur sous-jacente avec une option call couverte. Vous vendez une option call couverte sur une action que vous avez en portefeuille. Grâce à cette construction, vous recevez une prime et le thêta est positif, ce qui signifie que le temps qui s’écoule joue en votre faveur. Vous n’êtes pas exposé au risque supplémentaire de l’option call émise car celle-ci est couverte par les actions détenues en portefeuille. En revanche, le profit maximum correspond au prix d’exercice des actions sous-jacentes.

Dans l’exemple ci-dessous, les transactions suivantes sont exécutées :
–              Long : 100 actions à 40 $
–              Vente : option call 42 $

La prime reçue est de 1 $, le seuil de rentabilité se situe donc à 39 $. Si le prix de la valeur sous-jacente clôture au-dessus de 39 $, vous réalisez un profit de 300 $ au maximum. Si le prix de la valeur sous-jacente clôture sous 39 $, vous enregistrez une perte, cette perte sur les actions est illimitée.

Les résultats affichés dans le présent exemple fictif sont hors frais de transaction.

Option call couverte Covered Call

Vertical call spread

Anticipez une hausse de la valeur sous-jacente avec un vertical call spread. Vous achetez et vendez une quantité d’options call identique, l’option call achetée ayant un prix d’exercice plus bas que celui de l’option call vendue. Vous payez une prime pour cette construction d’options et le thêta est négatif, ce qui signifie que le temps qui s’écoule ne joue pas en votre faveur. Le risque est limité à la prime payée.

Dans l’exemple ci-dessous, les transactions suivantes sont exécutées :
–              Achat : option call 40 $
–              Vente : option call 45 $

Vu que la prime payée s’élève à 2 $, le seuil de rentabilité se situe à 42 $. Si le prix de la valeur sous-jacente clôture au-dessus de 45 $, vous réalisez un profit de 300 $ au maximum. Si le prix de la valeur sous-jacente clôture sous 45 $, vous enregistrez une perte de 200 $ au maximum.

Les résultats affichés de notre exemple fictif ne tiennent pas compte des frais de transaction.

Vertical Call Spread

Vertical put spread

Anticipez une baisse de la valeur sous-jacente avec un vertical put spread. Vous vendez et achetez une quantité d’options put identique, l’option put achetée ayant un prix d’exercice plus élevé que celui de l’option put vendue. Vous payez une prime pour cette construction d’options et le thêta est négatif, ce qui signifie que le temps qui s’écoule ne joue pas en votre faveur. Le risque est limité à la prime payée.

Dans l’exemple ci-dessous, les transactions suivantes sont exécutées :
–              Achat : option put 40 $
–              Vente : option put 35 $

Vu que la prime payée s’élève à 2 $, le seuil de rentabilité se situe à 38 $. Si le prix de la valeur sous-jacente clôture sous 35 $, vous réalisez un profit de 300 $ au maximum. Si le prix de la valeur sous-jacente clôture au-dessus de 40 $, vous réalisez une perte qui est limitée à 200 $ au maximum.

Les résultats affichés dans le présent exemple fictif sont hors frais de transaction.

Vertical Put Spread

Iron Condor

Anticipez une fluctuation limitée de la valeur sous-jacente avec un Iron condor. Pour que cette transaction soit rentable, le cours de l’action de la construction doit rester dans les limites d’une certaine fourchette. La construction se compose de quatre options et le nombre de calls et de puts est égal. Le total peut être comparé à un short vertical put spread et un short vertical call spread. Vous recevez une prime et le thêta est positif, ce qui signifie que le temps qui s’écoule joue en votre faveur. Le risque est limité à la différence entre les prix d’exercice des options.

Dans l’exemple ci-dessous, les transactions suivantes sont exécutées :
–              Achat : option put 35 $
–              Vente : option put 40 $
–              Vente : option call 50 $
–              Achat : option  call 55 $

La prime reçue est de 1 $, le seuil de rentabilité se situe donc à 39 $ et à 51 $. Si le prix de la valeur sous-jacente clôture entre 39 $ et 51 $, vous réalisez un profit qui est limité à 100 $ au maximum. Si le prix de la valeur sous-jacente clôture sous 39 $ ou au-dessus de 51 $, vous réalisez une perte qui est limitée à 400 $ au maximum.

Les résultats affichés dans le présent exemple fictif sont hors frais de transaction.

Iron Condor

Butterfly

Anticipez et profitez d’un cours du sous-jacent qui arrive à échéance dans les limites d’une certaine fourchette à l’aide d’un Butterfly. Pour que cette transaction soit rentable, le cours de l’action de la construction doit rester dans les limites d’une certaine fourchette d’actions achetées. La combinaison se compose de quatre options, dont deux sont achetées et deux sont vendues. Pour cette construction d’option, vous payez une prime.  Le thêta est négatif, ce qui signifie que le temps qui s’écoule ne joue pas en votre faveur. Le risque est limité à la prime payée des options.

Dans l’exemple ci-dessous, les transactions suivantes sont exécutées :
–              Achat : option put 35 $
–              Vente : 2 options 40 $
–              Achat : option put 45 $

La prime payée est de 1 $, le seuil de rentabilité se situe donc à 36 $ et à 44 $. Si le prix de la valeur sous-jacente clôture entre 36 $ et 44 $, vous réalisez un profit qui est limité à 400 $ au maximum. Si le prix de la valeur sous-jacente clôture sous 36 $ ou au-dessus de 44 $, vous réalisez une perte qui est limitée à 100 $ au maximum.

Il est possible que la différence entre l’option put vendue et l’option put achetée dont le prix d’exercice est moins élevé soit plus petite/grande que la différence entre l’option put vendue et l’option put achetée dont le prix d’exercice est plus élevé. Cette stratégie s’appelle le « broken wing butterfly .

Les résultats affichés dans le présent exemple fictif sont hors frais de transaction.

Butterfly

Straddle

Achetez un straddle pour anticiper et profiter d’une fluctuation importante du cours de la valeur sous-jacente, tant vers le haut que vers le bas. Vous achetez un nombre égal d’options put et call au même prix d’exercice. Vous payez une prime pour cette construction d’options et le thêta est négatif, ce qui signifie que le temps qui s’écoule ne joue pas en votre faveur. Le risque est limité à la prime payée.

Dans l’exemple ci-dessous, les transactions suivantes sont exécutées :
–              Achat : option put 40 $
–              Vente : option call 40 $

À cet effet, vous payez une prime de 4 $, le seuil de rentabilité se situe à 36 $ et à 44 $. Si le prix de la valeur sous-jacente clôture sous 36 $ ou au-dessus de 44 $, vous réalisez un bénéfice qui est illimité. Si le prix de la valeur sous-jacente clôture entre 36 $ et 44 $, vous réalisez une perte qui est limitée à 400 $ au maximum.

Les résultats affichés dans le présent exemple fictif sont hors frais de transaction.

Straddle

Strangle

Anticipez et profitez d’un mouvement important du cours de la valeur sous-jacente avec un strangle, tant à la hausse qu’à la baisse. Vous achetez un nombre égal d’options put et call à différents prix d’exercice. Vous payez une prime pour cette construction d’options et le thêta est négatif, ce qui signifie que le temps qui s’écoule ne joue pas en votre faveur. Le risque est limité à la prime payée.

Dans l’exemple ci-dessous, les transactions suivantes sont exécutées :
–              Achat : option put 38 $
–              Vente : option call 42 $

À cet effet, vous payez une prime de 2 $ est touchée, le seuil de rentabilité se situe à
36 $ et à 44 $. Si le prix de la valeur sous-jacente clôture sous 36 $ ou au-dessus de
44 $, vous réalisez un profit qui est illimité. Si le prix de la valeur sous-jacente clôture entre 36 $ et 44 $, vous réalisez une perte qui est limitée à 200 $ au maximum.

Les résultats affichés dans le présent exemple fictif sont hors frais de transaction.

Strangle

Time spread

L’achat d’un time spread vous permet de profiter d’une différence entre la différence de l’érosion de la valeur temps. L’érosion de la valeur temps est moins rapide pour les options à échéance plus éloignée que les options à échéance plus proche. Vous achetez et vendez le même nombre d’options call ou put. Grâce à cette construction d’options, vous payez une prime et le thêta est positif. Concrètement, le temps qui passe est à votre avantage. Le risque est limité à la prime payée.

Dans l’exemple ci-dessous, les transactions suivantes sont exécutées :
– Achat : option call à prix d’exercice 40 € et échéance en juin
– Vente : option call à prix d’exercice 40 € et échéance en avril

Les options n’arrivent pas à échéance en même temps. La prime de cette combinaison coûte 20 €. Lorsque l’option à plus court terme arrive à échéance en avril sans valeur, l’option à plus long terme a encore de la valeur. Vous pouvez choisir de vendre cette option et de prendre le bénéfice ou d’émettre une nouvelle option à échéance plus proche.
Cette option est également appelée « calendar spread » ou « horizontal spread ».

Les résultats affichés dans le présent exemple fictif sont hors frais de transaction.

Time spread

Diagonal spread

Combinez les caractéristiques d’un vertical spread à ceux d’un time spred avec un Diagonal spread. Vous pouvez par exemple construire un call spread avec un thêta positif.  Vous pouvez mettre en place un diagonal spread de différentes manières.

Dans l’exemple ci-dessous, les transactions suivantes sont exécutées :
– Achat : option call à prix d’exercice 40 € et échéance en juin
– Vente : option call à prix d’exercice 39 € et échéance en avril

La date d’échéance et le prix d’exercice des options ne sont pas les mêmes. La combinaison nous coûte peu parce que nous vendons une options dont la date d’échéance est moins élevée mais le risque est une perte plus importante si le cours augmente considérablement. Vous êtes bien mieux protégé contre une perte.

Les résultats affichés dans le présent exemple fictif sont hors frais de transaction.

Diagonal spread